Serge Domini

  • Au cours de la Grande Guerre, de 1915 à 1918, Alfred Döblin est médecin militaire dans l'armée allemande. Installé avec sa famille à Sarreguemines puis à Haguenau, il échange une correspondance fournie avec son ami Herwarth Walden relatant tour à tour son activité à l'hôpital militaire, sa carrière d'écrivain et la vie quotidienne à l'arrière du front. Ses lettres constituent de précieuses chroniques dans lesquelles il nous transmet un regard irremplaçable sur une région aujourd'hui transfrontalière et partie intégrante de l'empire allemand à l'époque. Il y dépeint avec réalisme Sarreguemines, Sarrebruck, Haguenau, et nous fait partager sa perception de cette guerre qu'il finira par qualifier d'absurde, se mettant ainsi à dos sa hiérarchie.
    L'ouvrage comprend deux nouvelles, Le fantôme du Ritthof (dont le cadre se situe entre Bliesransbach en Sarre et Blies-Guersviller, en Lorraine) et L'abominable cochon, ainsi que sa correspondance avec l'écrivain Anton Betzner de 1946 à 1953 ; et enfin, Le discours de Sarrebruck sur l'Europe de 1952. Publié en 2010 dans sa version originale en langue allemande par les éditions Gollenstein sous le titre Meine Adresse ist: Saarguemünd, cet ensemble de lettres, de textes et d'articles rassemblés et commentés par Ralph Schock, nous est révélé ici dans sa traduction française.

    Sur commande
empty