Arts et spectacles

  • Après de nombreuses années de théâtre, puis une impressionnante série de seconds rôles de gangsters au cinéma, à l'ombre de James Cagney ou d'Edward G. Robinson, la carrière de Bogart prend sa dimension avec La Grande évasion (Raoul Walsh, 1940). Mais c'est à John Huston que
    Bogart doit sa métamorphose : Le Faucon Maltais (1941) crée le personnage de Sam Spade, le premier privé moderne, caustique, intransigeant, farouchement indépendant. Casablanca (Michel Curtiz, 1943) lui donne sa dimension romantique.
    Bogart épouse Laureen Bacall en 1945, à la suite du tournage du Port de l'Angoisse. Déjà considéré comme un mythe, il ne fait qu'accroître son talent, film après film, à mesure que la maturité affirme ses personnages.
    Du Philip Marlowe du Grand Sommeil à l'alcoolique grincheux devenu héros d'African Queen et à La Comtesse aux pieds nus, Bogart imprime sa marque à son époque.
    Les photographies reproduites dans l'ouvrage (16 pages) inédites pour la plupart offre un portrait aussi complet que possible de l'homme et de l'acteur, célébrant son charisme inimitable.
    Jonathan Coe nous livre une biographie de Humphrey Bogart qui ne se contente pas de la fadeur idolâtre, mais nous révèle le personnage dans sa totalité, et trouve le ton juste pour évoquer la grandeur et la misère, le désespoir et la gloire.
    Jonathan Coe vit à Londres. C'est aujourd'hui l'un des meilleurs romanciers anglais et, en France,
    le plus célèbre de la nouvelle génération d'écrivains britanniques ainsi que l'atteste le triomphe de
    Testament à l'Anglaise, la Maison du sommeil ou Bienvenue au club. Il est aussi un cinéphile averti
    et a travaillé longtemps comme critique de cinéma.

    Sur commande
  • James stewart est sans doute un des acteurs les plus célèbres du monde, par son charme légendaire et sa filmographie exceptionnelle.
    (monsieur smith au sénat ou la vie est belle de capra, the shop around the corner de lubitsch, indiscrétions de cukor, fenêtre sur cour ou vertigo d'hitchcock, l'homme qui tua liberty valance de ford, etc. ,. ). il incarne à merveille l'archétype de l'américain, et écrire sa biographie revient, en quelque sorte, à faire celle de l'amérique. jonathan coe est aujourd'hui l'un des meilleurs romanciers anglais et, en france, le plus célèbre de la nouvelle génération d'écrivains britanniques ainsi que l'atteste le triomphe de testament à l'anglaise, la maison du sommeil ou bienvenue au club.
    Il est aussi un cinéphile averti (il a aussi écrit sur humphrey bogart), a travaillé longtemps comme critique de cinéma, et a même écrit un article dans les. cahiers du cinéma ! toute sa finesse d'esprit se retrouve dans ce texte à la fois rigoureux et enthousiaste. stewart aurait pu incarner nombre de personnages tirés des romans de coe (notamment michael owen, l'écrivain dépressif de testament à l'anglaise dont coe écrivait qu'il avait " un visage qui inspirait confiance " ; ou robert, l'amoureux élancé et gauche de la maison du sommeil).
    Son affinité profonde avec les héros de coe tient à ce mélange miraculeux de banalité et de singularité, de prosaïsme et de poésie. nul mieux que coe ne pouvait traquer le secret au coeur de cette figure transparente et énigmatique. dans un entretien inédit réalisé par marie anne guerin pour la présente édition, jonathan coe expose en introduction les liens profonds qui l'attachent au cinéma et continuent à irriguer son oeuvre d'écrivain au présent.

empty